Accès à l'Extranet client

Libor: Une actionnaire de la Société générale dépose plainte contre X (avocat)

Libor: Une actionnaire de la Société générale dépose plainte contre X (avocat)
Une actionnaire de la Société Générale a déposé plainte contre X notamment pour "manipulation des cours" et "entente sur la fixation des taux interbancaires", dans le cadre du scandale de la manipulation du taux interbancaire Libor, a annoncé son avocat mercredi.
"Cela fait deux ans qu'il y a entente entre les banques, cela concerne 380.000 milliards de dollars", a indiqué Me Frederick Karel-Canoy à l'AFP confirmant l'information de Paris-Match sur le dépôt d'une plainte lundi.
 
Selon l'avocat "des traders de la Société générale sont impliqués", à l'instar des autres banques concernées et "la manipulation a eu des incidences sur le cours de l'action". Il demande l'ouverture d'une enquête afin de savoir à quel niveau de responsabilité la "manipulation" a été décidée.
La plainte "repose sur des documents officiels des autorités de régulation américaine et britannique", a-t-il ajouté .
 
La Société générale a annoncé mercredi avoir lancé une enquête interne mais n'avoir reçu à ce jour aucun grief des régulateurs.
"Nous avions fait l'objet de demandes de la part d'un certain nombre de régulateurs", a déclaré son PDG, Frédéric Oudéa.
 
Le taux interbancaire Libor est actuellement l'objet d'un scandale retentissant, après la mise au jour de manipulations effectuées par la banque britannique Barclays entre 2005 et 2009.
Société Générale avait indiqué dans son "document de référence 2012" avoir été contactée par les autorités de la concurrence européennes et américaines dans le cadre d'enquêtes sur des soupçons de cartel concernant certains taux interbancaires.
Barclays a déjà annoncé qu'elle allait verser 360 millions d'euros pour mettre fin à des enquêtes des régulateurs britanniques et américains.
 
Mardi, c'est l'allemande Deutsche Bank qui a reconnu l'implication de quelques-uns de ses employés dans ce scandale mais elle a souligné qu'ils avaient agi "de leur propre chef".
Côté français, le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, avait indiqué mi-juillet qu'aucun reproche n'avait été adressé par les autorités aux banques françaises qui font partie des panels permettant la fixation du Libor.
 
Source : Les échos
Publié le 01/08/2012

Commentaires

Soyez le premier à commenter cette publication

Pseudo
Email

L'adresse email n'est pas affichée publiquement, mais permet à l'avocat de vous contacter.

Commentaire
(copiez le numéro situé à gauche dans cette case)
Publier