Accès à l'Extranet client

L'Oréal rompt ses contrats avec François-Marie Banier

L'Oréal rompt ses contrats avec François-Marie Banier

Le groupe versait 710.000 euros par an à Héricy, la société créée par le photographe en 1996.

Le torchon brûle entre L'Oréal, dont Liliane Bettencourt est la première actionnaire, et le photographe François-Marie Banier. Le groupe de cosmétiques a annoncé ce lundi à l'AFP avoir rompu les contrats qui le liait au protégé de Liliane Bettencourt pour une valeur estimée à 710.000 euros annuels. « Il a été mis un terme à ces contrats car, à lui seul, le bruit médiatique qui s'est développé autour de François-Marie Banier rendait leur poursuite préjudiciable à L'Oréal», a justifié ce lundi le géant des cosmétiques. Le photographe est accusé par la fille de Liliane Bettencourt, Françoise Bettencourt-Meyers, d'avoir abusé de la faiblesse de l'héritière de L'Oréal pour lui soutirer près d'un milliard de dons depuis les années 1990. Cette rétractation du groupe de cosmétiques est un nouveau coup porté à François-Marie Banier. Liliane Bettencourt avait déjà décidé fin août de ne plus faire de lui son légataire universel. L'héritière de L'Oréal avait en effet tranché : «trop c'est trop». « Madame Bettencourt a compris qu'elle avait déjà beaucoup donné», avait alors fait savoir son avocat, Me Kiejman. Outre les cadeaux en tout genre gracieusement distribués par Liliane Bettencourt, François-Marie Banier bénéficiait également des largesses de la société dont elle est la principale actionnaire. Plusieurs contrats liait en effet L'Oréal à François-Marie Banier via la société Héricy, créée en 1996 par le photographe. Au total, ces contrats qui devaient courir jusqu'au 31 décembre 2011 lui rapportaient plus de 700.000 euros par an. L'équivalent du salaire de certains PDG. Le jour de la signature de ces accords, dont l'existence a été confirmée par l'avocat de François-Marie Banier, celui-ci aurait envoyé une lettre à l'ex-PDG de L'Oréal, Lindsay Owen-Jones, faisant référence aux sommes versées: «Cher Lindsay, c'est avec une grande émotion que je viens de signer le contrat qui me permet de travailler encore pendant dix ans sans le souci de plaire», écrivait alors François-Marie Banier. Un investissement qui avait déjà poussé une soixantaine d'actionnaires de L'Oréal à porter plainte contre lui. Source: le Figaro, Mis à jour le 20/09/2010 à 18:08 | publié le 20/09/2010 à 18:07Réactions (81)

Publié le 23/04/2012

Commentaires

Soyez le premier à commenter cette publication

Pseudo
Email

L'adresse email n'est pas affichée publiquement, mais permet à l'avocat de vous contacter.

Commentaire
(copiez le numéro situé à gauche dans cette case)
Publier